Dois-tu baisser tes tarifs ?

Est-ce que mettre des prix bas est la solution pour avoir un meilleur chiffre d’affaires et plus de clients ?

Si tu pratiques les prix bas, je vais t’expliquer dans cet article en quoi c’est une mauvaise stratégie…

Si, comme tant d’autres thérapeutes, ta situation financière
– stagne,
– ne décolle pas,
– n’est pas idéale,
ce sera là un point de départ où je te propose une réflexion sur ton rapport à l’argent.

La question des tarifs est un problème récurrent, aussi bien auprès de mes lecteurs, que des thérapeutes que j’accompagne, ou encore, plus proche, avec des personnes de mon entourage. Et surtout, comme toujours, de mon expérience.
Je suis passé par une période de prix bas et maintenant que mes tarifs sont au-dessus de la moyenne, je vois la différence.

prix bas

Fixer ses tarifs n’est jamais simple

Au moment où je débutais le brouillon de cet article, une de mes clients m’envoie un SMS après avoir constaté une augmentation de mes tarifs de mon salon de massages.
Un SMS de « bienveillance » pour me prévenir que je risque de faire fuir les clients avec ce genre de prix.

De quoi se mêle-t-elle, me diras-tu ?

On s’en fiche, en fait.
Au delà de son conseil, il se cache une peur liée à l’argent [à noter qu’elle veut devenir sophrologue] mais j’aborderai cela plus tard.

Comment fixer tes prix ?

Établir ses prix, fixer une grille tarifaire est une difficulté quand tu débutes.

Comment concilier une justesse pour soi et ses clients ?

Je ne vais pas te faire ici un cours scolaire sur comment fixer tes prix en rapport avec le coût des charges fixes et des cotisations sociales. Non, ce que je veux t’apprendre c’est une réflexion sur ton rapport à l’argent et ton rapport à toi.

Généralement, on fixe nos tarifs d’après ce qui se pratique dans la profession et sur le marché local.
• 1 h de massage à Besançon = 60 €
• 1 h de massage à Dijon = 70 €
• 1 h de massage à Paris = 100 €

Il ne viendrait l’idée à personne d’arriver sur son marché et de doubler ces prix, histoire d’envoyer un message aux autres professionnels, du genre « Eh les gars ! Soyons fous ! »

Tu peux te mettre à la place de ton client et fixer tes tarifs en rapport à ce que toi tu consommerais si tu étais lui.

Tout est question de justesse.
Et avant de penser à l’autre, tu dois d’abord penser à toi.

Tes tarifs doivent te sembler justes, de toi à toi, avant de vérifier s’ils sont justes pour tes clients.

Comme c’est compliqué pour beaucoup d’entres-vous, je vais décrypter les mécanismes/les freins dus à la peur qui se cache derrière tout cela.
C’est en travaillant sur ma relation à l’argent que j’ai pu briser un plafond de verre qui m’empêchait de franchir un palier de rémunération.

Si fixer vos tarifs ne part pas d’un sentiment de sécurité mais d’une peur, alors lisez la suite, je vais t’emmener au pays des croyances.

Prix bas = plus de clients

Si tu as cette croyance qu’en baissant tes prix tu auras plus de clients, tu risques de tomber dans un piège qui te mèneras à la faillite en passant par un gros burn out.

Il ne suffit pas d’avoir des prix bas pour avoir des clients.
Cette croyance est fondée sur une peur qui engendre une vibration basse.

Si tu me suis sur Instagram, tu as peut-être déjà vu ce visuel :

Le 8 de l'entrepreneur

Il signifie que nos pensées créent nos résultats.
Une vibration basse engendre des résultats bas ; elle n’attire pas de clients. Moins tu as de clients, plus ta vibration basse va diminuer et tu vas entrer dans un cercle infernal d’absence d’abondance.

Un prix trop bas signifie plus de travail pour t’en sortir financièrement. Logique.

À une époque où je travaillais avec Groupon (25 € le massage d’1 heure dont 12 € pour moi), je pouvais recevoir jusqu’à 6 clients par jour là où maintenant je peux me permettre 1 à 2 clients par jour.

Donc, si tu as une énergie basse, avoir beaucoup de clients à prix bas va te pomper le peu d’énergie à ta disposition et tu vas te fatiguer plus vite pour gagner suffisamment d’argent.
Tu seras content d’avoir des clients, mais mois après moi, la fatigue, l’énervement vont s’installer et tu vas faire du mauvais travail.

Si tu as la croyance qu’il faut travailler dur pour gagner de l’argent, alors cette pratique des prix bas est la conséquence de la validation de ta croyance.

Cette croyance nous vient tout droit de notre civilisation judéo-chrétienne où rien que le fait d’être en vie était déjà un prix à payer.
D’ailleurs, si tu as l’habitude d’utiliser des expressions comme « gagner sa vie » ; « travailler dur » ; « on a rien sans rien », tu peux être certain que ton rapport au travail et à l’argent n’est pas sain.
Là encore, il est basé sur une peur et tu cherches à l’extérieur une valeur qu’il te manque à l’intérieur.

Accorder trop d’importance au regard des autres

« J’ai tellement peur qu’on dise de moi que je mes prix sont injustes ! »
« Je suis un profiteur… »
« Je vis du malheur des autres. »

Si tu te reconnais dans ces jugements que tu te portes, c’est que tu cherches aussi à les éviter et, donc, tu as tendance à fixer des prix bas.

Ici, tu projettes tes peurs sur ce que peut penser l’autre.
Même en baissant tes prix au plus bas, tu te sentiras toujours en insécurité dans le regard des autres, car il y aura toujours quelqu’un qui trouveras à te critiquer ou qui pensera que ton prix [bas] est trop cher…

Plus tu pratiques les prix bas, plus tu attires les clients à prix bas et surtout les madames Gratos, comme j’aime à dire.
Et cela n’a rien à voir avec les revenus de tes clients ; il s’agit aussi d’une relation à leur argent.

Je me souviens de 2 clientes à l’époque où je travaillais avec Groupon.
La première, DRH d’un grand groupe de 3000 salariés. Elle arrivait en BMW et avait plus d’or sur les doigts et autour du cou que la réserve fédérale suisse. Elle négociait systématiquement le prix (25 !! ) et voulait une ristourne pour récompenser sa fidélité (2 fois l’an ).

La deuxième, de nationalité suisse, garait sa Mercedes sur mon parking et portait une montre de luxe Jaeger-Lecoultre (la dernière sur la photo).

Montre Jaeger-Lecoultre

Elle était radine comme c’est pas possible et refusait de venir recevoir son massage en dehors des offres Groupon.

Je te raconte cela pour te dire 2 choses :
– les prix bas attirent les radins et les pauvres
– les plus riches ne sont pas les meilleurs clients

En tirant tes prix vers le plancher, tu attires la clientèle qui va avec et qui viendra te voir pour le prix ; pas pour toi.
Il n’y aura aucune implication de leur part.

C’est identique aux publicités pour les destinations de vacances à l’étranger, défiant toute concurrence : on achète pour le prix et la possibilité de s’offrir le luxe qu’habituellement on ne pourrait pas se payer.

Promo vacances

La destination compte peu. À ce niveau, que la plage soit à Bali, en Martinique ou dans un endroit paradisiaque, cela reste une plage et hôtel.

Ce que tu consommes dans ta vie dit beaucoup sur ta relation à l’argent et comment tu es sensible au regard de l’autre.
D’ailleurs, si tu pouvais offrir tes services gratuitement, tu le ferais.

Alors, tu vas me dire que, peut-être, en ce moment tu n’as pas les moyens, la vie n’a pas été facile, tu es dans une galère financière, etc.
Oui, tu as raison, mais est-ce une raison pour rester dans la galère ?
Tu peux décider à partir d’aujourd’hui que tu ne veux plus de cette vie-là. Tu peux décider que désormais l’abondance va être un choix et une option non négociable.

Tes tarifs vont être ton ticket d’entrée pour augmenter ton compte en banque.
Non pas pour être riche comme Picsou mais pour te permettre de te payer de belles chose, avoir une vie meilleure.

Quand tu voudras partir en vacances, tu pourras choisir ta destination qui te fais vibrer, l’hôtel ou le AirBnB qui a la plus belle vue, parce que l’énergie que cela va te procurer, engendrera des émotions positives puissantes que tu pourras retransmettre à tes clients.
Tes résultats seront transformés et le regard des autres ne sera plus un problème.

Tu n’as aucun pouvoir sur ce que les autres peuvent penser de toi.
Ce n’est pas ton problème. Cela leur appartient.

Alors comment faire ?

Le mieux, dans ta situation, serait de proposer du gratuit mais ce n’est pas viable.
Pour toi, le challenge va être d’accepter les parties en toi que tu rejettes :
– ta part injuste
– ta part arnaqueuse
– ta part voleuse
– etc.

Lorsque tu accueilles les parties que tu rejettes, tu accueilles tes polarités. Tu acceptes donc tout en toi. Le bien comme le mauvais, la gentille comme la méchante, la peureuse comme l’héroïne, etc.
Ce n’est ni plus ni moins que ce qui se passe dans la nature, dans la vie :
– l’alternance des saisons
– le jour/ la nuit
– le soleil / la pluie
– etc.

trust yourself

Quand tu dépasses la peur du «qu’en dira-t-on », tu acceptes ce que les autres peuvent penser de toi. Et je le répète : ça leur appartient.
Si des gens pensent que tu es trop cher, ils en ont absolument le droit.
S’ils pensent que tu es bon marché, ils en ont absolument le droit.

Quand tu intègres que les pensées des gens sont leurs pensées, cela t’enlève une sacré charge mentale. Tu peux alors te concentrer sur ce qui est juste pour toi.

Quand tu as fixé tes prix avec justesse (juste pour toi d’abord, puis pour le client), et que tu te sens à l’aise, tu attires les clients en accords avec toi et ta vibration.
Rien ne t’empêche de rester à l’écoute de certaines personnes qui n’ont pas les moyens et de leur proposer un tarif adapté.

Attention, ne tombe pas dans le piège d’augmenter tes tarifs et de continuer à faire des ristournes ou des promotions. Ce n’est pas mon propos.
Tu dois être en accord avec tes prix et, à l’occasion, pourvoir t’adapter à un client.
Soit en baissant le prix, soit en baissant la durée de la prestation ou tout autre moyen qui te semble équitable pour vous deux.
Mais cela ne doit pas être la norme ; juste l’exception.

La peur de manquer

Si tu as peur de manquer [d’argent], les prix bas et avoir plus de clients, n’y changera rien.
Je peux même t’assurer que tu auras la même peur si tes tarifs sont élevés.

peur de manquer

La peur de manquer est liée à l’importance de ton compte bancaire.
Plus ton compte bancaire, tes économies sont importantes, alors que tu ne dépenses rien, plus tu as un indicateur de ta peur de manquer.

Ce qui se joue ici, c’est que tu as externalisé un manque – l’insécurité – sur un relevé bancaire.
Ainsi, ta sécurité intérieure dépend de ton compte en banque.
Tant que cette peur sera liée tes euros placés, tant qu’elle ne sera pas réglée, elle existera quel que soit le nombre de clients, les tarifs fixés.

Tu l’aura compris, ta sécurité doit être d’abord intérieure. L’argent n’est, alors, qu’un moyen ou qu’une représentation de ton succès dans ton activité.

J’en reparlerai et je te donnerai les pistes pour changer.

Conclusion

Finalement, il n’y a pas de prix juste.
Il n’y a que des prix en rapport avec la valeur que tu t’accordes. Et c’est là tout l’enjeu pour fixer tes tarifs.

Pourquoi un foulard à 10 € sur le marché et 410 € chez Hermès ? C’est du tissus.
Pourquoi une Twingo à 10 000 € versus une Porsche à 165 000 € ? C’est une voiture.
Pourquoi un massage à 150 € dans mon salon, et 250 € dans le salon 3 km du mien ? Cela reste un massage.

La valeur perçue. Tout simplement.

Comme tu le vois, tout est relatif. Donc le prix juste sera celui qui te semble juste quand il n’est pas fixé par une peur mais par la sérénité et ta valeur.

L’abondance est partout. Quand ton canal de réception est ouvert, tu reçois. Ce n’est pas comme un gâteau dont il faut partager les parts.
L’argent est partout et il est disponible pour tout le monde.
Il n’est qu’un moyen de lier les gens entres eux.

Si tu projettes tes peurs ou tes manques sur l’argent, tu projettes tes insécurités à l’extérieur de toi.
Accepter d’être insécure, accepter que la sécurité vienne de toi, c’est accepter tes polarités et ça dédramatise tout de suite pour s’ouvrir aux autres et à l’abondance.

Rappelle-toi : tu attires ce que tu rejettes.

En travaillant sur tes peurs, tes manques, tes polarités, tu rétablis l’équilibre en toi. Tu (re)deviens la seule source d’abondance et de sérénité.

Ce que tu ne rejetteras plus, tu l’attireras.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.